Pour les revendications, le progrès social
et la démocratie

Plus de 2000 personnes ont défilés dans les rues de Gap,
à l'appel de la CGT, la CFDT, la FSU

1er MAI  2002

OUVRONS LES YEUX !

allocution de Jean Claude Eyraud
secrétaire Général de l'Union départementale CGT des Hautes Alpes

Le 1er Mai est né le 20 juillet 1889 à PARIS.

113 ans après, les salariés ont intérêt à ce que le 1er Mai reste conformément à son origine et son histoire une grande journée qui leur permet d'affirmer leurs aspirations progressistes et pacifistes.

Après cette sinistre journée du 21 avril 2002, nous avons une considérable envie de crier notre colère.

Et pourtant, ne doit-on pas analyser avec humilité cette situation et surtout les causes qui ont conduit des hommes et des femmes à mettre l'immonde bulletin dans l'urne.

Après le choc, il faut enfin ouvrir les yeux, regarder les choses en face même si cela fait mal. Le pire, ce serait que dès le 6 mai les choses se poursuivent comme si rien ne s'était passé.

Ouvrir les yeux, c'est voir ces salariés précaires ballottés d'un sous emploi à un sans emploi ; d'un temps partiel annualisé imposé, à un petit boulot sans avenir.

Ouvrir les yeux, c'est voir malgré nos efforts souvent considérables que le syndicalisme est indésirable dans bon nombre d'entreprises où les règles sociales les plus élémentaires sont bafouées, où l'on est considéré comme des empêcheurs de tourner en rond.

Ouvrir les yeux, c'est voir comment les conditions de travail n'ont cessé de se dégrader dans certains secteurs comme le bâtiment, les travaux publics, la restauration, l'hôtellerie, le commerce, …

Ouvrir les yeux, c'est voir où en sont nos grands services publics, privatisés, éclatés, restructurés et de plus en plus loin des usagers.

Ouvrir les yeux, c'est voir quelles souffrances vivent les salariés de ces services publics qui ont perdu leurs repères. Alors qu'une réforme n'est pas encore terminée, ils doivent en subir une nouvelle et finissent par demander un départ en pré retraite, écœurés par le sort qui leur est réservé.

Ouvrir les yeux, c'est voir les inégalités qui se creusent et se creusent encore ; cette injustice qui renvoie une partie de plus en plus importante de nos concitoyens dans l'exclusion, l'humiliation, et les pires frustrations.

Ouvrir les yeux, c'est voir combien les organisations syndicales ont de plus en plus de mal à assumer efficacement toutes leurs missions,

Ouvrir les yeux, c'est voir que les institutions de la République disfonctionnent, et que tout se décident ailleurs que là où vivent et travaillent les gens,

Ouvrir les yeux, c'est voir que certains remplis d'amertume, d'exaspération, de désespérance, de repli sur soi ont choisi le parti de la haine, de l'intolérance, du racisme et de la xénophobie,

Ouvrir les yeux, c'est voir cette Europe qui est tout, sauf sociale, qui est tout, sauf démocratique, qui est loin, abstraite et impalpable, et qui est un bon prétexte pour certains pour mettre à mal notre République,

Enfin Ouvrir les yeux, c'est voir notre jeunesse éprise de PAIX, de fraternité, de solidarité, qui veut construire l'avenir, un avenir fait de liberté et de justice sociale. Toutes ces valeurs que nos anciens ont porté haut et fort, et qui sommeillent depuis trop longtemps.

Je pourrais continuer comme cela très longtemps, mais je pense qu'ouvrir les yeux après l'électrochoc que nous vivons, c'est enfin prendre des décisions, non pas en dehors des gens, mais avec eux.

C'est permettre aux salariés, aux jeunes, aux retraités, aux demandeurs d'emploi, de vivre décemment.

C'est lutter contre cette précarité qui ruine le présent et hypothèque l'avenir.

C'est assurer l'avenir de nos régimes de retraites avec le droit à la retraite pleine à 60 ans.

C'est rénover les politiques de santé. Notre système de santé est menacé, il faut mettre fin à la maîtrise comptable des dépenses de santé instituées par le Plan JUPPÉ.

C'est créer des emplois, partout où la situation l'exige, je pense entre autres dans le secteur de la santé, de la formation…

Alors oui, si ce choc nous permet d'ouvrir les yeux et de remettre le monde à l'endroit et de briser le mur de l'argent, il n'aura pas été inutile.

Alors oui, ce choc n'aura pas été vain. Il nous permettra d'ouvrir les yeux et de construire un avenir meilleur, de tolérance, de justice sociale, de liberté et de solidarité.

Lire le mémorandum de la CGT
repris par l'UD

Haut de page
Accueil=