Accueil ] Remonter ]

Construisons un système d'indemnisation des  périodes
de chômage pour les saisonniers

Trois organisations syndicales (CFDT, CFTC, et CGC) ainsi que trois organisations patronales (Medef, CG PME, UPA) ont signé le 18 janvier 2006 la convention assurance chômage.

De nouvelles mesures vont s'appliquer aux salariés saisonniers. Elles limitent à trois le nombre de périodes successives de versement des allocations au titre du chômage saisonnier.

Ces dispositions ne répondent en rien aux demandes justifiées des travailleurs saisonniers et aggravent encore leur situation. Une étude de l'UNEDIC officialise une baisse spectaculaire du nombre de salariés indemnisés et  du montant de l'indemnité journalière moyenne versée. Un saisonnier en dehors des saisons a un revenu souvent inférieur au RMI.

Alors que notre pays reste la première destination touristique mondiale et que cet afflux de touristes génère des ressources financières pour les entreprises et le budget de l'état, la situation sociale des saisonniers se dégrade régulièrement (logement, santé, formation…).

Etre saisonnier découle de contraintes économiques locales qui répondent aux besoins des entreprises, des établissements, dans les zones de tourisme en général et de montagne ou de la mer plus particulièrement.

La CGT veut que soient modifiées les conditions de reconnaissance de la saisonnalité.

La CGT demande que s'engage dans les meilleurs délais, les négociations annoncées pour une remise à plat du régime d'assurance chômage.

Dans le cadre de ces négociations elle exigera la prise en compte des conditions de vie et de travail des salariés saisonniers et une amélioration sensible de leurs conditions d'indemnisation en dehors des saisons par :

Ø      L'instauration d'une indemnité minimum journalière de 30 € durant les périodes non travaillées,

Ø      L'ouverture des droits à l'indemnisation après 3 mois de travail effectué par période de 12 mois.

Gap, le 23 mars 2006

Haut de page

Accueil