Accueil Remonter

Communiqué à la presse

Logement des saisonniers :

LA CRISE S'AGGRAVE !

Le Comité de Pilotage de la Maison des saisonniers de SERRE-CHEVALIER s'est tenu à BRIANÇON le mardi 25 novembre 2003 sous la présidence de Monsieur le Sous-Préfet de BRIANÇON et du Président de la communauté de commune du briançonnais.

Le bilan d'activités de la Maison des saisonniers confirme que cette structure est de mieux en mieux identifiée par les salariés et les employeurs, la fréquentation augmente régulièrement.

La CGT a demande que tout soit mis en œuvre afin que cette structure expérimentale soit pérennisée au cœur du domaine skiable du grand SERRE-CHEVALIER, dans des locaux définitifs et plus adaptés aux besoins.

Le bilan présenté met en exergue les problèmes rencontrés par les saisonniers :

l'emploi

la formation

 l'accueil

l'information

le transport

En ce qui concerne le logement, les chiffres sont éloquents et marquent une aggravation de la crise.

Pour le seul mois de novembre 2003, 168 demandes ont été enregistrées pour seulement 3 offres.

Cette situation est très préoccupante, elle s'explique essentiellement pour deux raisons

-                une évolution sociologique des salariés saisonniers qui sont issus de plus en plus de l'extérieur des Hautes-Alpes,

-                un immobilisme coupable de tous les décideurs qui, à ce jour n'ont engagé quasiment aucune action en la matière

cette situation est d'autant plus inadmissible, que les problèmes ont été identifiés depuis longtemps et qu'aujourd'hui des réponses concrètes existent avec les financement correspondants :

-                mobilisation du parc privé,

-                mobilisation du parc existant,

-                construction de logements (résidence sociale, foyer-logements…)

La CGT 05 qui anime le Groupe logement de la Maison des saisonniers, considère que la question du logement des saisonniers doit être retenue comme grande cause départementale en 2004, afin que tous les acteurs (pouvoirs publics, élus, sociaux-professionnels…) se mobilisent pour donner l'impulsion nécessaire et ainsi rattraper au plus vite le retard pris, préjudiciable aux salariés mais également au développement économique des Hautes-Alpes.

La CGT préconise dans l'immédiat, et à minima, l'ouverture d'une négociation sur un accord interprofessionnel qui permettra de garantir aux salariés des conditions décentes de logement (qualité, autonomie, exercice du droit au logement…), la mise en œuvre d'une ou plusieurs opérations "volets clos" identiques à celles réalisées à la station des Deux Alpes qui permettront de capter de nombreux logements non occupés 12 mois sur 12,  afin qu'ils soient réhabilités et loués aux saisonniers.

 

GAP le 26 novembre 2003

Haut de page

accueil