Accueil ] Remonter ]

Plan départemental de syndicalisation des Hautes-Alpes

Adopté à l'unanimité par la Commission exécutive réunie à Gap le 28 février 2006.

Le comité confédéral national des 29 et 30 septembre 2004 a décidé la mise en œuvre d'un plan national de syndicalisation en direction des salariés actifs et retraités.

En octobre 2004, les délégués du 26ème Congrès de l'UD des Hautes-Alpes ont décidé de s'inscrire dans ce plan national de syndicalisation.

LE 26eme CONGRÈS A DÉCIDE :

Ø      De créer un comité de pilotage constitué de membres de l’UD (CE ou bureau ou secrétariat) chargé :

o        de sensibiliser, mobiliser, inciter et assister les adhérents directs à créer leur syndicat chaque fois que les conditions minimales sont réunies,

o        d’œuvrer à la mise en place de syndicats de site pour les adhérents isolés,

o        de rencontrer périodiquement les syndicats (prise de contact avec les nouveaux adhérents),

o        de réunir périodiquement les adhérents isolés.

Ø      Qu’un coordinateur sera chargé d’organiser le mandatement des camarades : définition des objectifs, suivi de l’activité, regroupements périodiques, etc.

Ø      Que le collectif de l'UD organise des assises des DP/CE (délégués du personnel et comité d'entreprise)

Ø      Que chaque syndicat s’engage à contribuer à la continuité syndicale « activité professionnelle – retraite » en transmettant chaque année, au secrétaire départemental de l’USR, la liste des syndiqués proches de la retraite.

Ø      Que chaque syndicat s’engage à réaliser auprès de ses adhérents une campagne d’information en vue de motiver de nouveaux camarades à s’engager à l’UD, dans les UL existantes et à créer.

Ø      Les syndicats expérimentés s’engagent à parrainer les syndicats nouvellement crées de leur même secteur d’activité (rencontres périodiques, disponibilité pour répondre à une difficulté ponctuelle, etc.).

Ø      De créer un fichier de « correspondants spécialisés », il s’agit de camarades « pointus » dans un ou plusieurs domaines spécifiques (licenciement, défense en prud’homme, CHSCT, etc.). Ce fichier est fourni à chaque secrétaire de syndicat.

Ø      De mettre en place une politique de proposition d’adhésion aux bénéficiaires de la permanence syndicale  juridique et de les fidéliser.

Ø      De revoir la politique actuelle de formation syndicale : conserver la maîtrise de certains stages « généralistes », collaborer avec d’autres structures (syndicats d’entreprises, autres UD, IRT, etc.) pour les stages spécialisés, mettre à disposition des militants une banque de ressources (documentation spécialisée)

Ø      De développer une collaboration transfrontalière avec nos camarades italiens.

Ø      De mettre en place le prélèvement automatique des cotisations pour le reversement des syndicats à l'UD.

LE CONSTAT

A mi-mandat le Collectif d'Animation et la Commission Exécutive ont fait le bilan de la situation.

L'année 2004 a été marquée par une progression de l'effectif de nos syndiqués de 12,68%. L'année 2005 même si la situation n'est pas finalisée marque un recul de 6% environ.

Malgré nos efforts force est de constater que notre UD reste fragile de par la spécificité du territoire des Hautes-Alpes, où l'emploi industriel représente à peine 2076 salariés, la construction 3632 salariés et le tertiaire 23568 emplois.

93,6% des salariés du privé travaillent dans les entreprises de moins de 20 salariés.

Le bassin Gapençais représente environ les 2/3 du nombre total des salariés actifs hauts alpins.

Un certain nombre d'efforts ont été réalisé avec notamment :

·        la rédaction et la mise en œuvre de la charte des délégués syndicaux,

·        la mise en place du COGITIEL,

·        l'obtention d'un numéro d'agrément pour notre journal Alpes Travail qui s'est modernisé et a retrouvé une diffusion régulière

·        le fonctionnement réguliers des collectifs de travail (communication, formation syndicale, services publics, syndicalisation,…)

Les UD 04 et 05 ont entamé une démarche en direction de l'UPA afin de décliner localement l'accord du dialogue social dans l'artisanat.

Depuis le dernier Congrès le Secrétariat et le Bureau ont été remplacés par un Collectif d'Animation de 11 membres qui se réunit tous les lundis de 12h à 14h. La Commission exécutive se réunit tous les mois. Même s'il reste à mieux partager encore nos analyses et l'activité quotidienne de l'UD, nous constatons une amélioration de la prise en compte collective de nos décisions.

Dans le BTP, un syndicat bi départemental 04/05 a été crée en janvier 2006, il devrait permettre le suivi et le renforcement syndical dans ce secteur.

118 salariés sont adhérents directs à l'UD, ils sont pour la plupart issus du tertiaire et isolés dans leur entreprise.

L'essentiel des adhérents hauts alpins soit 60% des adhérents sont issus de 4 bases (EDF-GDF, La Poste-France Télécom, les Cheminots et l'Equipement).

LES OBJECTIFS :

Ils ont été identifiés dans le cadre de plusieurs réunions du Collectif d'Animation et de la Commission Exécutive.

Nous en retiendrons 5 prioritaires avec une échéance butoir pour septembre 2007, soit avant notre 27ème Congrès :

·        Création d'un syndicat départemental du commerce et des services

Il aura pour objectif de fédérer les syndiqués isolés de ce secteur d'activité. Cette création se fera sous la responsabilité de Catherine COLOM (salariée de l'UD). Un contrat de syndicalisation sera mis en place avec la fédération du commerce (Patrick BAUDRY), l'échéance est fixée à l'automne 2006.

·        Création d'une UL à GAP

Avec pour objectif la création d'un espace proche des syndiqués et des salariés du bassin d'emploi du Gapençais et alentours. Cette création sera placée sous la responsabilité de Jean-Claude EYRAUD. Celui-ci a dés à présent sollicité un rendez-vous avec le Président du Conseil Général pour la recherche d'un local.

Une assemblée générale des syndiqués du Gapençais sera organisée à l'automne 2006 pour mettre en place un Collectif d'Animation de l'UL et voter les statuts.

Les retraités seront fortement sollicités dans le cadre de la continuité syndicale afin de faciliter la mise en place de cette nouvelle structure qui permettra une clarification de la mission et du rôle de l'UD.

·        Création d'un syndicat multiprofessionel

Un syndicat multipro regroupera tous les adhérents directs qui n'auraient pas rejoint le syndicat du commerce et des services. Avec l'accord de dialogue social signé avec l'UPA. l'activité en direction des salariés de l'artisanat s'inscrit dans cet objectif de syndicalisation.

Cette action sera pilotée par Marcel et Claude PICO. L'échéance est fixée au printemps 2006.

·        Renforcement de l'activité en direction des chômeurs et précaires

Le syndicat existe, en janvier 2006 nous avons relancé son activité. Sandrine GALARD qui a été cooptée au Conseil National des Privés d'emploi suivra ce dossier. Elle sera soutenue par un ou plusieurs membres du Collectif d'Animation ou de la Commission Exécutive (Philippe LEFEVRE…).Le nombre de syndiqués chômeurs a doublé.

·        Continuité syndicale

La syndicalisation des retraités est et reste une priorité. L'USR doit être aidée dans son action. Tous les militants actifs doivent permettre de faciliter la syndicalisation des nouveaux retraités. Un ou plusieurs membres du Collectif d'Animation ou de la Commission Exécutive sont désignés pour piloter cette action, qui doit avoir une mise en œuvre immédiate.

Dans un premier temps il s'agira de recenser et d'anticiper les passages de la vie professionnelle à la retraite en proposant la syndicalisation.

Dans un deuxième temps chaque fois que ce sera possible, il faudra œuvrer à la création des sections syndicales de retraités, afin de participer pleinement à l'activité de toute la CGT : aide au déploiement, etc…

EN CONCLUSION

En octobre 2007, le 27ème Congrès aura à mettre en place une nouvelle équipe syndicale.

Les 19 mois qui nous séparent de cette échéance doivent être mis à profit pour renforcer la CGT dans les Hautes-Alpes. Si chacun à son niveau fait un effort l'objectif des 2000 syndiqués dans les Hautes-Alpes pourrait être atteint ou approché. Rien n'est impossible si on décide d'innover dans les formes d'organisation, si nous croyons à l'importance de notre syndicalisme dans une société qui ne cesse de creuser les inégalités et si nous faisons de la syndicalisation un des objectifs prioritaires de notre activité, au service des luttes.

La Confédération est fortement sollicitée afin d'obtenir un coopérant pour notre UD qui aidera à la mise en œuvre de notre plan départemental de syndicalisation et à la préparation du 27ème Congrès, coopérant sans lequel la création de l'UL de Gap risque d'être très difficile.

Nous sollicitons le FNI afin d'obtenir les moyens financiers pour la concrétisation de nos 5 objectifs soit la somme de 22 500 € (activité conquête qui concernera les 2 principales actions, la création de l'UL de GAP et du syndicat départemental du commerce et des services).

Gap, le 28 février 2006.

Haut de page

Accueil